Andante

 

De la salle de musique, du cœur du piano, s'échappe une gamme, si, la, sol, fa, mi, ré, do ; au long du couloir des salles de classe tout le monde l'entend, même ceux qui récitent à l'unisson la table de deux et ceux qui conjuguent à l'unisson je fais de la trottinette au passé composé ; naturellement la gamme descendante emprunte l'escalier vers le rez-de-chaussée et voilà le hall ; Madame la Directrice la voit passer en faisant des bonds vers la cuisine où des cuisinières en tablier s'affairent dans des marmites et ça sent très bon ; en entendant la mélodie elles chantent silasolfamirédo ; ainsi chantent les cuisinières, pas les marmites, qui chantent quant à elles d'autres sons ; comme la porte est ouverte qui amène dehors, la gamme traverse le préau, franchit la grille à travers les barreaux, ondule dans la rue et par dessous la porte d'une belle maison découvre un salon où sur un beau fauteuil dort un vieux monsieur qui en ouvrant les yeux, lui invente des mots : je suis un joli oiseau, un joli oiseau moineau, tout en haut d'un haut poteau ; la gamme est contente, parce que la chanson lui va bien, mais continue son exploration à travers d'autres pièces et apparaît dans le jardin avec sa galerie à sept arcades ; à sept arcades ! une pour chaque note si on veut, mais soudain, quelle frayeur ! les notes ont peur d'être loin, la gamme veut rentrer ; rebroussant chemin, elle repasse devant le monsieur qui s'est mis debout pour chanter plus haut qu'il est un joli oiseau moineau sur un haut poteau ; au revoir monsieur, au revoir maison, une fois dans la rue il faut retrouver la grille, le préau, la porte de la cuisine et alors, complication ! les volets sont fermés, mais les gammes de musique utilisent les interstices surtout si elles sont pressées ; maintenant on est à l'intérieur ; les cuisinières sont parties avec leurs tabliers en mettant des couvercles pour que les marmites chantent moins fort ; voici le couloir ; on tourne à gauche pour retrouver le hall ; Madame la Directrice voit la gamme repasser en faisant des rebonds ; devant l'escalier, do se met devant, suivi de ré, mi, fa, sol, la et si en dernier pour faire gamme ascendante et arrivée en haut, dans le couloir des salles de classe tout le monde l'entend à nouveau, même ceux qui conjuguent à l'unisson je fais de la trottinette au futur antérieur, et ceux qui à l'unisson récitent déjà la table de sept ; et enfin dans la salle de musique, tout à fait épuisées, les notes s'endorment dans le cœur du piano, qui les attendait.  

 

avril 2015

 

Informations supplémentaires